Lysiane Panighini Praticienne Narrative

La timidité ? Une sacrée histoire dominante

26 juillet 2015

La timidité ? Une sacrée histoire dominante

Dépasser la timidité sans le savoir ? C'est possible… Il suffit juste que ça en vaille la peine!

 

Article paru dans la revue n°179 de Fédération Nationale Couples et familles

Noémie est timide.

Elle se pense timide, elle se vit timide, elle se voit timide…

Sa vie n'est faite que de timidité.

Un jour elle a même entendu sa mère dire : "Noémie elle est tellement timide qu'elle devait l'être déjà à la naissance."

Pour Noémie, c'est une réalité… d'ailleurs tout le monde le dit, c'est donc obligatoirement vrai.

Donc voilà.

La timidité de Noémie lui colle à la peau et fait partie de son identité: elle EST timide, un point c'est tout.

 

Sauf qu'un jour, lors d'une réunion, un de ses collègues se faisant illégitimement rudoyer,  Noémie ose prendre la parole pour aller à son secours. Elle s'exprime d'une voix posée et ferme en pesant ses mots.

Les regards surpris des personnes présentes se tournent instantanément vers elle. Noémie ne le remarque même pas. Elle continue sur sa lancée sans défaillir, sans détourner les yeux.

Rien n'est plus important pour elle, à ce moment précis, que de dénoncer ce qu'elle estime être une véritable injustice. 

A la fin de la réunion, son collègue vient la remercier de son intervention.
Rougissante et en baissant les yeux, elle balbutie un "mais c'est bien normal", puis tourne le dos et s'en va sans demander son reste. Après une courte absence, la timidité avait repris ses droits dans la vie de Noémie…

 

Comment les histoires se créent.  

 

Nous avons tous nos histoires dominantes. Des histoires qui font partie de nous à tels
point que nous nous identifions à elles:

Je suis craintif (ve)

Je suis désordonné (es.)

Je suis nul (le) en maths.

Je suis boulimique

etc.

Ces histoires se sont toujours ébauchées dans un certain contexte.

Par exemple il se pourrait que petite fille, Noémie ait été troublée par des personnes ou des situations, provoquant à la fois, un sentiment de crainte et un comportement d'enfant réservé, en l'occurrence, approprié dans ces circonstances.

Il se pourrait aussi, que dans le même temps son environnement proche n'ait pas compris la légitimité de ce comportement, l'ait interprété comme étant de la timidité et se soit employé involontairement à diffuser cette idée.

Il n'en n'aurait pas fallu plus pour que l'histoire de la "réserve" de Noémie passe du stade d'ébauche à celui de biographie: "la timidité de Noémie"

Sauf que…

Coexistante à l'histoire dominante, il y a toujours une histoire d'exception, (ou histoire dite alternative) qui vient la contredire.

Dans le cas de Noémie cette nouvelle histoire pourrait s'appeler "Noémie la téméraire".

 

Oser c'est se libérer.

Lorsque Noémie a défendu son collègue, elle est sortie  de son cadre de référence lequel est la timidité. Elle s'est ainsi extraite de son histoire dominante au profit d'une histoire alternative, laquelle pourrait être celle de "la confiance en soi. "

 

Oser c'est se dépasser

Oser est à mettre en lien avec le courage et le courage est en lien avec la peur.

Oser ce n'est pas combattre mais c'est dépasser sa peur et pour dépasser sa peur, il faut que cela en vaille la peine.

 

Oser pour défendre ses valeurs.

Si Noémie n'avait pas été convaincue qu'un acte d'injustice était commis, peut être n'aurait-elle jamais bravé l'autorité.

Lorsque des valeurs fondamentales sont mises à mal, bien des personnes se découvrent des capacités à sortir de certains schémas comportementaux et ainsi, à se dépasser.

La difficulté est ensuite de réitérer l'expérience, car comme nous l'avons observé précédemment, l'exception s'opposant à la croyance selon laquelle "je suis nulle", est rarement mise en lumière puisque souvent vue comme une action mineure.

 

Il suffirait de presque rien…

Nous avons tous des histoires d'exceptions dans nos vies. Des histoires qui viennent contredirent nos croyances sur l'idée que nous avons de nous.  

Noémie, le temps d'une réunion, s'est transformée en une "Noémie audacieuse." Il suffirait juste qu'elle mette au jour d'autres histoires d'audace mises de côté et qu'elles soient racontées et re-racontées par les témoins…(comme cela a été fait pour la timidité)

Il suffirait juste que Noémie  raconte de la manière dont elle s'y est prise, de ce qui l'a motivée, de qu'elle était son intention…  bref qu'elle donne de l'épaisseur, de la densité à toutes ces narrations, pour que Noémie soit connue et reconnue surtout par elle même, comme étant "celle qui ose".

 

Lysiane      

Vivre est mauvais pour la santé Les violences sexuelles et la Pratique Narrative